... ....

Portraits

 

Vous pouvez agrandir les portraits en cliquant dessus.

 

Robert SENECHAUD

Louisette SENECHAUD

Albert POYAULT

André MAMES

Gérard BODIN

Paul GENEIX

 

 

 

ROBERT SENECHAUD

L’esprit de fidélité

 


Il y a 28 ans, Louisette refermait sa première machine à laver sur une série de maillots oranges. Depuis, toujours avec la même dextérité, elle répète ces gestes indispensables pour permettre à toutes les équipes du club d’arborer fièrement le week-end une tenue qui lui est si chère au cœur.


Ponctuelle, assidue, organisée, toujours de bonne humeur. Louisette lave quelques 4000 maillots par an ! Prenez le temps de ralentir rue d’Androlet. Le jardin de Louisette, chaque lundi, brille de mille feux oranges …


Séchage donc, mais aussi pliage et enfin empilage dans l'ordre croisant des numéros avec le 14 au-dessous à la demande de François MICHAUD, entraîneur de 91 à 97 Des maillots qui retrouvent inexorablement leur place en milieu de semaine dans les placards qui leur sont dévolus du local de rangement de matériel.


Fidèle dans sa mission, Louisette n’en reste pas moins la première supportrice du club. A domicile comme à l’extérieur, elle aime suivre la destinée des équipes de jeunes et de seniors dont la tunique tango et noir se reflète instantanément dans son regard averti.

 

 


LOUISETTE

Faire briller les couleurs du club !


En 1955, lorsque l’ASESG inscrit sa première équipe dans un championnat départemental, Robert fait partie du groupe. Le foot, il aime ça et sera présent encore les 3 saisons qui vont suivre. Le club connaît alors une période de doute au point de ne plus engager d’équipe durant 3 années avant de repartir en 62 mais sans Robert. Il faut attendre les années 70 pour le retrouver à une réunion. C’est alors qu’il devient dirigeant puis éducateur au sein de l’école de foot, avec son créateur, Jean DROZD.


S’enchaînent alors les saisons et le suivi de ses 2 garçons (Jean-François et Christophe) dans les catégories pupille, minime, cadet et junior.


Passionné par le football des jeunes, il connaît une victoire UFOLEP avec son groupe minime et une demi-finale départementale avec les cadets. Il travaille alors en duo avec Roland BONNENFANT. Il atteint également la finale départementale, au début des années 80, avec les juniors. (Victoire 7 à 1 sur LEZAY avec 5 buts de Jean-François, son fils, en 1/2 finale, mais défaite 8 à 0 en finale à COURLAY).


Dans les années 90, il seconde LANDREAU pour l’encadrement de la 1ère réserve en promotion de 2ème division. Il se rappelle encore les soirées animées autour de la constitution des équipes en présence de François MICHAUD et de Bernard BARRON.


Robert mettra un terme définitif à son travail de bénévole en 1995 pour devenir le fidèle supporter que l’on sait.

 

 

 

 

Albert POYAULT

Une vie, une passion


Quelle mémoire! Albert POYAULT dit ‘‘Poupoum’’ se souvient de tout. Il n’a jamais joué au foot mais a cultivé une passion sans faille pour le ballon rond. Une passion qui dure toujours …


Imaginez! Nous sommes en 1930 et Albert, âgé de 15 ans, suit les rencontres qui se déroulent dans les prairies de Bourbias. Les joueurs qui composent l’équipe viennent de St
Gelais bien sûr mais aussi d’Echiré et de Cherveux. Ils ont pour nom GAZEAU, FICHET, JARRY, GOISCHON, JUIN, DE CHAURON, VERGNAULT et Albert peut même vous dire le poste qu’ils occupaient sur le terrain …


Un week-end sur deux, ces pionniers footballeurs prenaient place dans le camion du moulin de Rhé pour aller rejoindre les équipes adverses!


En 1936, Albert perdit contact avec le foot. Deux années sous les drapeaux puis rapidement une mobilisation pour cause de conflit avec un départ dans l’Est de la France. Monté au front, il connaîtra la débâcle en 1939 puis reviendra dans la région avant d’être rappelé en 43 juste après son … mariage. Dernier épisode de cette période : avec ses copains dans le camion qui le transporte vers la Rochelle, il subira un assaut allemand laissant sans vie 5 jeunes et 15 blessés dont il fera partie …


Le football était donc bien loin! Pourtant, la fin de la guerre lui permettra de redevenir le passionné qu’il était. Il ne lâchera alors plus son équipe première de l’ASESG. Il connaîtra toutes les aventures du club à domicile et appréciera tout particulièrement le salut que n’oubliait jamais de lui adresser le ‘‘père’’ MICHAUD.


Sa passion pour le football débordera du cadre communal puisqu’il fut durant de longues années un fidèle supporter des Chamois.


Et Albert continue de les égrener les souvenirs. Il est insatiable et multiplie parfois les efforts pour faire resurgir un nom de joueur d’avant-guerre qui lui échappe. Il s’appelait … Oui … ça y’est! C’était … Incroyable Albert!


Le tout, sous les yeux admiratifs de sa femme, qui tout au long de ces dernières décennies a toujours accepté de conduire son mari sur son terrain fétiche ...

 

 

André MAMES

Du cœur à l’ouvrage

 

Le premier gardien du club c’est André MAMES ! Nous sommes en 1955 et du haut de ses 22 ans, André garde les ‘‘cages’’ de l’ASESG en 3ème division départementale.
Et comme il le reconnaît, ‘‘il fallait qu’ça marche !’’.

Alors, depuis sa ligne de but, il vocifère et ses partenaires, qui ont pour noms Robert SENECHAUD, Kléber ROUSSEAU, André MAURY …, savent à quoi s’en tenir.
Mais ce ne sont là que des encouragements qui poussent l’équipe à se surpasser. André le ‘‘gueulard’’ a du bon …

Pendant 6 ans, notre gardien conserve ce rôle avant de raccrocher les crampons suite à une vilaine blessure. Il faut bien dire que la fêlure à un tibia sur le terrain d’Ardin en 61 a laissé des traces. Un match à couteaux tirés pour le maintien gagné 7 à 2 après avoir été mené 2 à 0.


Toutes ces belles années laissent de nombreux souvenirs à André. C’est le temps où les joueurs s’habillaient dans les dépendances du café GUIGNARD ( Louis et Simone) à St Gelais avec un simple robinet d’eau froide en guise de douche.


Le dimanche soir, joueurs et compagnes, se retrouvaient sur la piste de danse au café BARREAU ( situé au carrefour des pigouilles mais détruit depuis) en alternance avec le café GUIGNARD.


Dans ces années-là, les joueurs, n’oubliaient jamais de verser leur obole chaque week-end en prévision des ‘‘gueuletons’’ de fin de saison. Ils avaient le sens de l’organisation profitable à la convivialité … André n’oubliera pas non plus certains dénouements de tournois, comme celui de Brioux en 57, conclut à la lueur des phares de voitures …


Côté bénévolat, André n’était pas en reste. Il prendra souvent part au nettoyage des vestiaires avec son copain Gérard BODIN et servira régulièrement les ‘‘petits vins chauds’’ au plus profond de l’hiver. Sans oublier ses talents manuels pour la réalisation de certains décors de cabaret.


Depuis une petite dizaine d’années, André, même s’il suit assiduement les résultats dans la presse locale, a pris du recul avec le club. Cela a aussi coïncidé avec la retraite de Josette, sa femme. Une volonté de se retrouver les dimanches après-midis autour d’autres loisirs bien mérités. Et avec 7 enfants et 14 petits-enfants, le temps est vite occupé ...

 

 

 

Gérard BODIN
Rendre service avant tout

 

Quarante ans nous séparent de l’entrée en fonction de Gérard BODIN au sein de l’ASESG ! C’est l’époque du président Louis GUIGNARD. Tout est à construire et Gérard va tout naturellement devenir une des chevilles ouvrières du club.


Pendant trente ans, chaque semaine, il prend en charge le traçage des terrains. Dans un premier temps, c’est avec la brouette munie d’un entonnoir qu’il répand le plâtre avant de passer à la ‘‘machine’’ à rouleaux, cette fois-ci avec de la peinture.


Et Gérard se souvient de ces années avec François MICHAUD où la rigueur était de mise, avec un tracé parfaitement rectiligne. Mais soucieux du travail bien fait et opiniâtre dans ses tâches, Gérard répondait parfaitement à la demande. D’ailleurs on l’a même vu tracer avec … 4 côtes cassées. C’est dire …

Côté bricolage c’était pas mal non plus. Tous les buts de foot à 7 portent le ‘‘label’’ Gérard BODIN.


Tout comme d’ailleurs les casiers de rangement métalliques supportant les ballons à Echiré et à St Gelais ainsi que l’ensemble des plaques galvanisées des panneaux de classement du club house !


Gérard n’avait de cesse et encore plus à la retraite d’assurer l’amélioration des conditions matérielles de l’ASESG. Sans oublier bien entendu le nettoyage des vestiaires les lundis matins avec, à la clé, une collation de choix (omelette …) en compagnie d’André MAMES et de Gilbert FOUCHER. Sans oublier non plus tous les services rendus à la buvette.


Gérard, ce fut vraiment l’infatigable travailleur de l’ombre de l’ASESG. Et même si celui-ci a pris du recul depuis une dizaine d’années, c’est parce qu’il est pris par ailleurs. C’est un des responsables du 3ème âge à Echiré où l’organisation des concours de manille demande là aussi de l’énergie et du temps. Jugez plutôt : certains concours accueillent 350 joueurs ! Et avant il y avait l’organisation de concours de boules en bois …


L’esprit associatif de Gérard n’est plus à démontrer. Et même si le suivi du foot n’est plus celui d’autrefois avec des déplacements aux 4 coins de la ligue, l’ASESG garde une place de choix dans son cœur. Et c’est certainement cela l’essentiel ...

 

 

 

Paul GENEIX
Un supporter nommé ‘‘Popol’’

 


L’état civil annonce Paul GENEIX. L’ASESG, pour sa part, vous présente ‘‘Popol’’ ! C’est mieux comme ça … D’ailleurs, depuis tout petit, nous révèle l’intéressé, on l’appelle ‘‘Popol’’.


Notre ‘‘Popol’’ à nous en tous cas est un fidèle supporter du club depuis plus de 20 ans déjà. Et supporter n’est pas un vain mot quand on parle de ‘‘Popol’’. Celui-ci fut de toutes les campagnes quand l’équipe fanion sillonnait fièrement les départements de la région. Plus même : ‘‘Popol’’ était devenu un supporter privilégié. Non seulement il prenait le car pour la Rochelle ou ailleurs mais s’installait à la table des joueurs pour son plus grand bonheur. Et sur ces terrains lointains, ‘‘Popol’’ en garde encore des anecdotes.


C’est ainsi qu’il y a une quinzaine d’années, au fin fond de la Haute-Vienne, c’est lui qui a gagné le ballon du match CouzeixChaptelat / Echiré- St Gelais, par tirage au sort. Un bien précieux qu’il offrira spontanément au club moyennant un arrosage dont on ne reparlera pas ici …


Si « Popol » est le supporter par excellence, il n’en reste pas moins à l’occasion un amuseur de galerie. « Armé » de sa carotte sonore, il apporte sa note distrayante à l’ambiance du club des aînés d’Echiré. Il est ‘‘incontrôlable’’ en sortie et même les contextes feutrés des avions et des hôtels n’altèrent en rien les convictions de notre farceur. Sans cesse, il actionne sa « carotte » pour le plus grand plaisir de tous.


Ce « Popol » là, s’il n’avait pas existé, il aurait fallu l’inventer.

Résultats Week-end :

26 Août

à domicile, en mauve

R1 - Isle
R4 -  
D2 -  
D4 -  
D5 -  
U19PH
-  
U18
-  
U17 -  
U15 -  
U131 -  
U132 -  
U111 -  
U112 -  
U113 -  
F.u13. -  
F.u17. -  
FL -  

 

FFF    District 79     LFNA

 

Infos Arbitres

Désignation de nos arbitres

WE du  03/04 Juin

 

 

649303
Aujourd'hui :
Hier :
Cette semaine :
Ce mois-ci :
50
419
1505
7380